3 raisons de la déroute des 5 équipes africaines à la coupe du monde 2018

10 défaites, 3 victoires et 2 nuls : voilà le bilan des 15 matches joués lors de la phase de groupes par les 5 équipes africaines qualifiés pour la coupe du monde Russie 2018 : Maroc, Tunisie, Egypte, Sénégal et Nigéria. Triste ! Aucune d’entre elles ne s’est d’ailleurs qualifiée pour le second tour, ce qui n’était plus arrivé depuis le mondial 1982 joué en Espagne.

https://twitter.com/OptaJean/status/1012368417637175296

Si je dois comparer cette coupe du monde à une guerre, je dirai que les équipes africaines n’ont gagné que quelques batailles. Elles ont perdu la guerre finalement. Le Nigéria et le Sénégal qui pouvaient encore se qualifier lors leur troisième et ultime match ont perdu les armes à la main. Mais à quoi ça sert de perdre les armes à la main et de rester dans la dynamique de « L’essentiel est de participer » ? Retour sur les trois raisons qui selon moi expliquent cette déroute.

Les équipes africaines n’étaient pas au niveau 

 

https://twitter.com/fifaworldcup_fr/status/1012730246708236291

Si les équipes africaines ne se sont pas qualifiées, c’est parce que leurs adversaires ont été meilleurs et ont montré plus d’envie. Le Maroc aurait mérité mieux vu le contenu de ses deux derniers matches. Pareil pour le Nigéria qui a bien rebondi après sa défaite inaugurale face à la Croatie. Son deuxième match face à l’Islande, plaisant surtout en seconde période, a redonné espoir à tout un continent. Les Super Eagles n’ont pas tenu la dragée haute face à l’Argentine. L’Egypte, elle, a trop compté sur sa star Mohamed Salah, arrivé blessé au Mondial et pas à 100% de sa forme lorsqu’il a joué face à la Russie et l’Arabie Saoudite. Une seule hirondelle ne fait pas le printemps, dit-on. L’Egypte a d’ailleurs perdu ses trois matches et reste la mauvaise élève de la classe. Elle doit encore attendre pour enregistrer sa première victoire en coupe du monde. La Tunisie a sauvé l’honneur en remportant son troisième match, qui a compté pour du beurre face au Panama. Les aigles de Carthage n’ont pas vraiment existé lors des deux premiers matches surtout face à la Belgique où elle s’est lourdement inclinée 5 buts à 2.

https://twitter.com/fifaworldcup_fr/status/1012430850045173762

Le Sénégal qui a fait rêver tout un continent après son premier match et sa victoire 2-1 sur la Pologne est allé decrescendo. Cette victoire a été suivie d’un nul 2-2 décevant face au Japon et d’une défaite 0-1 contre la Colombie. Ils n’ont pas fait preuve de constance. Première équipe à avoir remporté une rencontre lors de cette compétition, le Sénégal n’a pas confirmé et rentre à la maison comme les 4 autres équipes. Même si il est éliminé au fair-play pour avoir pris 6 cartons jaunes contre 4 pour le Japon.

 

 

Manque de concentration

 

« La fin d’une chose vaut mieux que son commencement » dit le passage biblique. Un match de football, c’est 90 minutes voire plus. Les 5 équipes africaines l’ont carrément oublié. Egypte, Tunisie et Maroc lors de leurs premiers matches. Sénégal et Nigéria lors de leurs deuxièmes et troisièmes matches. C’est l’Egypte qui a ouvert le bal en s’inclinant dans les derniers instants 0 but contre 1 suite à un coup franc évitable contre l’Uruguay. La Tunisie en a fait autant dans un match où elle n’a pas montré grand-chose face à l’Angleterre. Elle s’est inclinée 1-2, sur un dernier corner, alors qu’elle tenait le 1-1. Le Maroc a fait encore pire en marquant un but contre son camp dans les derniers instants face à un Iran qu’il était censé battre. Hervé Renard et ses joueurs venaient de compromettre leur qualification pour le second tour dans une poule où il y avait le Portugal et l’Espagne. Vu la façon dont ils ont perdu face au Portugal lors du second match et obtenu le nul face à l’Espagne lors du dernier, cette défaite face à l’Iran leur a été fatale pour la suite.

 

Le Sénégal, qui a mené deux fois au score face au Japon, s’est fait rejoindre sur des erreurs défensives et dans des moments où les joueurs étaient moins concentrés. Ils ont probablement dit adieu à ce moment là à une possible qualification en 8e de finale. Avec 6 points, ils auraient été plus confiants face à la Colombie lors du dernier match où un nul les envoyait au tour suivant. Un nul qu’ils ont longtemps cherché face à une Colombie pas terrible et qui a quand même réussi à les battre avec un but inscrit dans le dernier quart d’heure. Le Nigéria aussi avait juste besoin d’un nul face à l’Argentine lors de son dernier match. Les joueurs de Gernot Rohr ont tenu jusqu’à la 86e minute avant de céder 1-2 contre l’Albiceleste. Qui dit manque de concentration dit forcément manque d’expérience.

 

 

Manque d’expérience

 

Lorsque l’on est expérimenté, il y a des fautes que l’on ne commet pas et des coups de pieds arrêtés que l’on ne concède pas dans les ultimes moments d’un match. On sait aussi gérer ses temps forts et ses temps faibles. On essaie aussi d’être efficace devant le but. Lorsque l’on a l’occasion de creuser l’écart ou de prendre l’avantage, on n’hésite pas tout en faisant preuve de dextérité. Le Nigéria, qui était l’une des équipes les plus jeunes du tournoi, en a fait les frais devant l’Argentine. Le Sénégal, lui, face au Japon et à la Colombie. La plupart des joueurs des équipes africaines jouaient leur première coupe du monde. La dernière participation du Maroc à une coupe du monde remontait à 1998. L’Egypte revenait après 28 ans d’absence, les sénégalais après 16 ans. La dernière participation de la Tunisie remonte à 2006 en Allemagne. Seul le Nigéria de John Obi Mikel était présent au Brésil en 2014. Mais le Nigéria de 2018 a été largement rajeuni. Autant dire que les 5 équipes africaines ont cruellement manqué d’expérience.

Une dernière raison que je trouve non négligeable est le nombre pas assez suffisant du 12e homme, ou du 12e Gaïndé comme disent les sénégalais, pour soutenir les équipes du continent. Les supporters nigérians n’ont pas fait le poids face à ceux de l’Argentine tout comme les Gaïndé sénégalais devant les supporters des Cafeteros.

Post navigation

  1 comment for “3 raisons de la déroute des 5 équipes africaines à la coupe du monde 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *