Ralycia: «Je veux poser mon empreinte »

Le R de son nom d’artiste Ralycia fait référence à l’initial de son prénom Reine. Alycia, par contre, est un hommage à une de ses tantes partie trop tôt et qui comptait beaucoup pour elle. Gagnante de la saison 1 de Tubox, émission radiophonique et de téléréalité musicale, Ralycia à en croire beaucoup est une voix et « une étoile qui promet de briller ».  Qui est réellement celle qui aimerait bien maîtriser la guitare et l’Ewe?

 

Ma carrière a été lancée en quelque sorte après ce concours. Et je pense que je serai loin en ce moment si toutes les promesses avaient été tenues. Mais, l’homme propose, Dieu dispose. Ils n’ont pas été honnêtes. Mais, ce n’est pas pour autant que je vais rester là à les attendre. Moi j’avance !

 

Entre gentillesse et ambitions

 

« Femme trop gentille cherche mari gentil » serait peut-être dans quelques années l’avis de recherche du prince charmant de Ralycia si ça se trouve. S’estimant « trop gentille », la gagnante l’année dernière de la première édition du concours de musique Tubox se voit marier à un « gentil mari » et trois enfants à la clé. Elle se voit également diriger  sa propre agence de communication évènementielle.  Mais pour le moment, c’est la soutenance de son mémoire en vue de l’obtention de sa licence professionnelle en journalisme à l’Institut des sciences de l’information, de la communication et des arts (ISICA) de l’Université de Lomé qui la préoccupe. « J’ai arrêté la musique pendant un moment pour me concentrer sur la préparation de mon mémoire » explique Ralycia de son vrai nom Reine Essognim Tchedre. Du haut de ses 1m60, celle qui aura 23 ans le 04 novembre prochain voit les choses en grand après cette pause. « J’ai perdu, concède-t-elle, un peu de ma qualité vocale. Je travaille actuellement pour être au top et mon plus grand défi c’est la sortie d’un album ». « Je veux poser mon empreinte » martèle-t-elle.

 

 

Une vie de concours

 

 Je n’étais pas assez préparée. Je n’ai pas eu le temps de m’entrainer. J’étais en stage, je sortais d’une autre compétition musicale [Tubox] et il y avait les préparatifs pour le voyage, la fatigue et le stress. J’étais submergée 

 

Si Ralycia a remporté Tubox, elle n’était pas à son premier coup d’essai en ce qui concerne les concours de chants. « Je suis une habituée des scènes de concours » plaisante-t-elle. Les concours interscolaires étaient son domaine de prédilection. Mais le premier d’un niveau plus élevé a été le Togo Star Karaoké en 2012 où en finale, elle termina 3ème. En 2014, elle faisait partie des candidats du Campus Live. Sa dernière compétition en la matière a été la première édition de The Voice Afrique Francophone. Elle n’est malheureusement pas allée plus loin que l’étape des auditions ou castings. Aujourd’hui avec le recul, elle analyse les raisons de cet échec. « Je n’étais pas assez préparée. Je n’ai pas eu le temps de m’entrainer. J’étais en stage, je sortais d’une autre compétition musicale [Tubox] et il y avait les préparatifs pour le voyage, la fatigue et le stress. J’étais submergée » avoue-t-elle. Tubox aurait dû véritablement lancer sa carrière musicale si toutes les promesses avaient été tenues opine-t-elle. Elle était censée empocher 2,5 millions de Francs CFA, sortir un single et un clip promu sur Trace Tv. Elle relativise : « Ma carrière a été lancée en quelque sorte après ce concours. Et je pense que je serai loin en ce moment si toutes les promesses avaient été tenues. Mais, l’homme propose, Dieu dispose. Ils n’ont pas été honnêtes. Mais, ce n’est pas pour autant que je vais rester là à les attendre. Moi j’avance »! Car Tubox était un véritable challenge pour Ralycia. « Ça a été une belle expérience. Le fait d’être toujours devant la caméra m’amusait. Ça a été un nouveau challenge pour moi et une chance d’y participer » relève-t-elle. Mais comment la native de Kara (environ 420 km au nord de Lomé) compte-t-elle gérer sa carrière musicale et journalistique ?

 

Je ne sais pas encore si je ferai carrière en journalisme. Mais, quel que soit le domaine dans lequel je me retrouverai, je ferai en sorte d’avoir toujours une place pour ma musique

 

« On trouve toujours du temps pour ce qu’on aime faire »

Entre la participation aux différents concours et la préparation de son mémoire, Ralycia a déjà effectué deux stages dans des chaînes de télévision. Le premier à New World TV et le second plus récent à la télévision togolaise (TVT). Elle semble cependant accorder une place de choix à la musique qui est sa « plus grande passion ». « Je dis, fait-elle remarquer, qu’on trouve toujours du temps pour ce qu’on aime faire ». Et le journalisme dans tout ça ? « Je ne sais pas encore si je ferai carrière en journalisme. Mais, quel que soit le domaine dans lequel je me retrouverai, je ferai en sorte d’avoir toujours une place pour ma musique » explicite-t-elle. Sa musique, sa famille l’a acceptée et le soutien de cette dernière l’aide énormément. Si Ralycia est une fan des Shin Sekai, ce sont pourtant Dadju et Keblack qui l’inspirent en ce moment.

Un autre défi et non des moindres pour Ralycia est d’arriver à s’exprimer couramment en Ewe qui lui « file toujours entre les doigts ». Ainsi, elle réussira sa totale intégration dans la capitale, où elle a débarqué après son Bac obtenu au Collège Chaminade de Kara, et qu’elle connaissait peu ou prou pour y avoir passé régulièrement ses vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *